Naissance des grands cimetières parisiens en quelques dates

15 mai 1791

Transfert de la propriété des cimetières aux autorités communales. A ce stade certains cimetières paroissiaux demeurent et les cimetières Vaugirard et Sainte-Catherine sont affectés à la rive gauche alors que Montmartre (Champs-du-Repos, sous Montmartre) et Sainte-Marguerite le sont à la rive droite.

21 ventôse an IX (12 mars 1801)

Arrêté préfectoral ordonnant la création de trois vastes cimetières extra-muros, au nord, au sud et à l’est de Paris.

1801

Les sépultures individuelles sont autorisées à Vaugirard.

17 floréal an XI (7 mai 1803)

Promulgation d’une loi autorisant l’acquisition de terrains destinés à l’ouverture des cimetières du Mont-Louis et du Sud.

29 ventôse an XII (20 mars 1804)

Achat du clos du Mont-Louis afin d’y établir le cimetière de l’Est (Père-Lachaise).

22 floréal an XII (12 mai 1804 )

Arrêté préfectoral érigeant le Mont-Louis en cimetière « sous la dénomination de cimetière de l’Est. » L’article 2 précise que le cimetière Sainte-Marguerite ne sera plus utilisé que pour « le service des hôpitaux » à compter du 1er prairial (21 mai).

15 prairial an XII (4 juin 1804)

Première inhumation au cimetière de l’Est, dit du Père-Lachaise.

23 prairial an XII (12 juin 1804)

Décret impérial sur les sépultures. Le texte fondateur du cimetière moderne est consultable dans son intégralité en suivant le lien.

15 ventôse an XIII (6 mars 1805)

Arrêté préfectoral posant les premières règles à observer pour l’attribution de concessions dans les cimetières parisiens. En attendant l’ouverture des cimetières du Sud et du Nord, les concessions perpétuelles ne seront autorisées qu’au cimetière du Père-Lachaise. Les tranchées gratuites seront creusées « dans les plaines du dit enclos. » Les temporaires, facturées 50 francs, seront placées en bas du cimetière et « le long des chemins ». Les perpétuités seront de deux classes: la concession des terrains de 1ère classe, situés le long du mur intérieur, sera gratuite mais l’acquéreur aura pour obligation de construire « une partie du péristyle uniforme, qui, à la fin des concessions, devra composer l’enceinte totale de l’enclos. » 1; la concession d’un terrain de 2nde classe, elle, sera facturée 100 francs le mètre carré et il faudra payer un vingtième du montant de l’achat sous forme de taxe à chaque nouvelle inhumation dans la dite concession, sans oublier le don aux œuvres prévu dans le décret du 23 prairial an XII.

1806

Inquiétude quant au devenir du cimetière sous Montmartre, saturé. « Frochot proposa alors par lettre du 23 avril 1806, l’agrandissement du cimetière sous Montmartre, qui allait être rempli. Cette proposition ne fut pas non plus accueillie et le cimetière dut être fermé sans qu’on puisse indiquer la date exacte de cette fermeture. (in Notes sur les cimetières de la Ville de Paris, 1889). Il est très probable que le cimetière ré-ouvrit quelques années plus tard, puisqu’il est présenté comme étant en activité en 1813 (cf. arrêté ci-dessous). Malheureusement, les archives ne conservent aucun document relatif au Champs-du-Repos, les registres ayant disparu dans l’incendie de l’Hôtel de Ville en 1871.

2 septembre 1813

Arrêté préfectoral stipulant que les concessions individuelles (temporaires et à perpétuité) seront autorisées uniquement au Père-Lachaise, et ce dans le but de « ménager les cimetières de Montmartre2 et de Sainte-Catherine, et de les faire durer jusqu’au temps où ils pourront être renouvelés » (lettre du préfet Frochot au maire du 6ème arrondissement, 2 septembre 1813, ADP VD4 10 2879).3 Le Père-Lachaise accueillera désormais en tranchée gratuite les morts des IIIème , IVème , Vème , VIème , VIIème , VIIIème et IXème arrondissements. Les morts des Ier et IInd arrondissements iront au cimetière sous Montmartre, ceux du Xème et XIème à Vaugirard et ceux du XIIème à Sainte-Catherine.

1820

Fermeture définitive du cimetière Sainte-Catherine. Report des inhumations du XIIème arrondissement sur Vaugirard.

7 septembre 1821

Délibérations du conseil municipal de Paris stipulant que les concessions individuelles peuvent être concédées dans tous les cimetières parisiens et non plus uniquement au PL, où elles commencent à prendre trop de place.

19 juillet 1824

Arrêté préfectoral énonçant que les inhumations seront interdites au cimetière de Vaugirard à compter du 25 juillet. Le même jour, le cimetière du Sud (Montparnasse) ouvrira ses portes.

1er janvier 1825

Ouverture du cimetière du Nord (Montmartre) après achat de plusieurs terrains entre 1818 et 1824, permettant ainsi l’expansion du cimetière sous Montmartre. Il accueillit dès lors des concessions perpétuelles ainsi que les temporaires et les inhumations en tranchées gratuites des 4 premiers arrondissements.

Cimetières parisiens en activité entre 1800 et 1840

Print Friendly, PDF & Email
  1. Cette idée fut rapidement abandonnée même si elle apparaît encore dans le projet de Brongniart en 1813: envisageait-on déjà que le cimetière serait bientôt trop petit et qu’il faudrait alors pratiquer des extensions?
  2. Cela confirme que le cimetière est bien ouvert en 1813.
  3. A noter que les inhumations en fosses individuelles semblent avoir tout de même continué au cimetière de Vaugirard. Ainsi le cartographe et archiviste Pierre de Belleyme y fut inhumé en 1819 avant d’être transféré au Père-Lachaise en 1838. Son exhumation ne fut possible que parce qu’il reposait dans une sépulture individuelle. Avait-il fait l’achat d’un concession avant 1813? Les règles étaient-elles bien respectées par les maires des arrondissements en charge de délivrer les permis d’inhumer?

No Comments Yet.

Laisser un commentaire