Chemin du Coq: d’où vient le nom?

Père-Lachaise Coq

Le chemin du Coq est figuré en rouge, de même que les divisions limitrophes. Source: https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=52006523

De 1818 à 1820, il y avait à l’entrée du chemin une tombe ornée d’un coq en faïence peinte pour donner l’illusion du bronze. On pouvait lire cette indication sur le barreau sur lequel le volatile était perché: « Je veille pour vous réveiller au jour du jugement dernier.« 

Cet inhabituel ornement se trouvait sur la tombe de Mme Billon, née Sophie Rosalie Ganneron, morte le 30 septembre 1818. Quand M André Billon, commandant d’artillerie, vint rejoindre son épouse dans la tombe deux ans plus tard, le 5 mai 1820, le coq de faïence fut enlevé et une pierre tombale double vint recouvrir la sépulture du couple (source: Marchant de Beaumont, 1820).

Le coq fut de toute évidence replacé sur la tombe quelques temps après l’inhumation de Monsieur Billon puisqu’il était toujours visible en 1978 si j’en crois la photo ci-dessous prise par le photographe Michel Dheurle et conservée au Cabinet des Arts Graphiques du Musée Carnavalet.

Père-Lachaise Coq

Caveau de la famille Ganneron et Billon par Michel Dheurle, 1978, Carnavalet, numéro d’inventaire PH2432

Le monument existe toujours aujourd’hui, en bordure du chemin du Coq bien sûr. Le coq a malheureusement disparu mais le nom est resté.

Père-Lachaise Coq

Tombe GANNERON-BILLON, D10

 

Père-Lachaise coq

Tombe Ganneron-Billon, D10 (détail)

 

Print Friendly

No Comments Yet.

Laisser un commentaire